Cantonnement et compartimentage

CANTONNEMENT

L'utilisation d'écrans mobiles de cantonnement motorisés et souples est prévue par la réglementation française :

L’Instruction Technique IT 246 (arrêté du 22 mars 2004, paragraphe 7.12).

Les écrans mobiles de cantonnement SOUCHIER disposent des PV de conformité aux normes prévues par la réglementation :

  •   NF EN 12101-1
  •   NFS 61 937-1.

La norme Européenne NF EN 12101-1 prescrit, pour les écrans de cantonnement :

  •   les exigences de performances,
  •   les classifications
  •   les méthodes d'essais.
  • Écran de cantonnement : séparation verticale placée en sous-face de la toiture ou du plancher haut de façon à s'opposer à l'écoulement latéral de la fumée et des gaz de combustion.

 

IT246

La traversée des écrans de cantonnement par des canalisations ou appareils est admise avec la tolérance de jeu nécessaire.

  • Canton de désenfumage : volume libre compris entre le plancher bas et le plancher haut ou la toiture, et délimité par les écrans de cantonnement.
  • Superficie d'un canton de désenfumage : superficie obtenue par projection horizontale du volume du canton.
  • Hauteur de référence (H) : moyenne arithmétique des hauteurs du point le plus haut et du point le plus bas de la couverture, du plancher haut ou du plafond suspendu, mesurée à partir de la face supérieure du plancher.

Il n'est pas tenu compte du plafond suspendu s'il comporte plus de 50 % de passage libre et si le volume compris entre couverture et plafond suspendu n'est pas occupé à plus de 50 %.

  • Hauteur libre de fumée (Hl) : hauteur de la zone située au-dessous des écrans de cantonnement ou, à défaut d'écran, au-dessous de la couche de fumée et compatible avec l'utilisation du local.

 

RÈGLES CANTONNEMENT

  • Épaisseur de la couche de fumée (Ef) : différence entre la hauteur de référence et la hauteur libre de fumée.
    • les locaux de plus de 2 000 m2 de superficie ou de plus de 60 m de longueur sont découpés en cantons de désenfumage aussi égaux que possible d'une superficie maximale de 1600 m2.
    • La longueur d'un canton ne doit pas dépasser 60 m. Ces cantons ne doivent pas, autant que possible, avoir une superficie inférieure à 1 000 m2.
      Les cantons sont délimités par des écrans de cantonnement ou par la configuration du local et de la toiture ;
    • La hauteur libre de fumée est au moins égale à la moitié de la hauteur de référence ; elle est toujours plus haute que le linteau des portes et jamais inférieure à I,80 m.
    • L'épaisseur de la couche de fumée est au moins égale à :
    • 25 % de la hauteur de référence (H), lorsque celle-ci est inférieure ou égale à 8 m ;
    • 2 m, lorsque la hauteur de référence est supérieure à 8 m.
    • Pour les locaux d'une hauteur de référence supérieure à 8 m et dont la plus grande dimension n'excède pas 60 m, on peut admettre l'absence d'écran de cantonnement. Dans ce cas, le calcul du taux a est effectué avec une épaisseur de fumée de un mètre.
    • Le bord inférieur des écrans est normalement horizontal. Toutefois, lorsque la pente des toitures et des plafonds est supérieure à 30 %, les écrans de cantonnement ne doivent pas s'opposer à l'écoulement naturel des fumées mais les canaliser vers les exutoires. Si ces écrans sont implantés parallèlement à la ligne de pente, on retiendra leur, plus petite hauteur comme épaisseur de la couche de fumée (fig. 10).

 

CONSTITUTION D'UN ÉCRAN 

Un écran de cantonnement est constitué :

  • soit par des éléments de structure (couverture, poutres, murs) ;
  • soit par des écrans fixes, rigides ou flexibles, stables au feu de degré 1/4 heure ou DH 30 et en matériau de catégorie M1 ou B s3 d0 ;
  • soit par des écrans mobiles (DAS), rigides ou flexibles, SF de degré I/4 heure ou DH 30 et en matériau de catégorie M1 ou B s3 d0.

 

COMPARTIMENTAGE

L'utilisation des rideaux à dévêtissement vertical dans le cadre du compartimentage des bâtiments est prévue par la réglementation française :

  • articles CO du règlement de sécurité contre l'incendie
  • Arrêté du 05/02/2007, établissement de type L
  • Arrêté du 09/05/2006, établissement de type PS

Les rideaux de compartimentage Souchier disposent des conformités et marques prévues par la réglementation :

 

  • PV de conformité NF S 61937-1 et NF S 61937-4
  • PV de classement au feu NF EN 13501-2
  • Marque NF - Portes résistant au feu
  • Art. MS 60 :

 

ERP

§ 4. Au moment de leur mise en œuvre, les mécanismes de commande des dispositifs actionnés de sécurité doivent avoir fait l'objet d'un procès-verbal en cours de validité délivré par un laboratoire agréé.

Ce procès-verbal est délivré à la suite d'un essai de contrôle de l'aptitude à l'emploi de ces mécanismes.

« De plus, en complément des matériels visés à l'article DF 4 les portes résistant au feu et les clapets « télécommandés » doivent être admis à la marque NF. »

  • Art. CO7 :

Si la façade de l'un des bâtiments domine la couverture de l'autre la façade est CF de degré deux heures sur 8 mètres de hauteur à partir de la ligne d'héberge, les baies éventuellement pratiquées étant fermées par les éléments PF de degré deux heures

Lorsque les plans des façades de l'établissement recevant du public et du tiers contigu forment entre eux un dièdre inférieur à 135°, une bande d'isolement verticale PF de degré une demi-heure de deux mètres de largeur doit être réalisée le long de l'arête de ce dièdre

  • Art. CO8 :

Si les façades des bâtiments abritant l'établissement recevant du public et un tiers sont séparées par une aire libre de moins de 8 mètres, la façade de l'un d'eux doit être PF de degré une heure, les baies éventuelles étant obturées par des éléments PF de degré une demi-heure.

  • Art. CO10 :

Lorsque le franchissement d'une paroi verticale d'isolement, entre l'établissement recevant du public et un bâtiment ou des locaux occupés par des tiers, est prévu par les dispositions du présent règlement ou autorisé exceptionnellement après avis de la commission de sécurité, les conditions suivantes doivent être simultanément réalisées :

  • le dispositif de franchissement est CF de degré deux heures, sauf dans les cas prévus aux articles CO29 (§ 2), CO35 (§ 5) et CO41 (§ 2) où il est CF de degré une demi-heure ;
  • les portes du dispositif de franchissement sont équipées d'un ferme-porte ou sont à fermeture automatique ;
  • le dispositif de franchissement ne peut être utilisé comme dégagement d'évacuation du public sauf dans les cas prévus aux articles CO35(§5) et CO41 (§ 2) ;
  • la maintenance est placée sous la responsabilité de l'exploitant de l'établissement recevant du public.
  • Art GH 26 §6 :

 

IGH

Par dérogation au § 1 et pour des motifs sérieux d'exploitation, une baie peut être maintenue ouverte en service normal entre deux compartiments situés sur un même niveau.

Cette dérogation est subordonnée au respect des dispositions suivantes :

  • la baie est équipée d'une porte à fermeture automatique coupe-feu de degré deux heures fonctionnant dans les conditions prévues à l'article GH 31 (§ 2) ;
  • si la porte ne peut être aisément manœuvrée à la main lorsqu'elle est fermée, la baie est doublée, à proximité immédiate par un dispositif de franchissement conforme aux paragraphes 1 à 5 ci-dessus ;
  • les deux compartiments reliés sont équipés d'une installation fixe d'extinction automatique à eau ;
  • une plaque signalétique portant la mention : « Porte coupe-feu. Ne mettez pas d'obstacle à la fermeture », en lettres rouges sur fond blanc ou vice versa, doit être apposée bien en évidence, à proximité de la baie, dans chaque compartiment.

Cette dérogation n'est admissible qu'au niveau d'accès aux piétons et aux deux niveaux voisins situés l'un au-dessus et l'autre au-dessous ; par contre, elle est admissible à tous les niveaux réservés aux parcs de stationnement.

  • Art. GH 31 :

§ 1. - La durée coupe-feu de degré deux heures, exigée par l'article GH 17, des dispositifs de communication entre les cages d'ascenseurs et de monte-charge, d'une part, et les circulations horizontales, d'autre part, peut être obtenue à l'aide de portes coupe-feu à fermeture automatique isolant les accès à ces appareils ou de préférence leur palier du reste de l'étage.

Ces portes ne peuvent être battantes que si le débattement n'excède pas 100°.

La somme des durées coupe-feu respectives de ces portes et des portes palières de l'ascenseur doit être de deux heures.

§ 2. - Le fonctionnement de toutes les portes coupe-feu à fermeture automatique d'un même compartiment doit se produire :

  • simultanément, par la sensibilisation des dispositifs prévus à l'article GH 28 (§ 2) ci-dessus, et par commande à distance à partir du poste central de sécurité, ce dernier mode de fonctionnement subsistant seul après la fermeture des portes du premier compartiment sinistré ;
  • individuellement, par un dispositif thermique dès que la température atteint 70 °C à leur partie supérieure, et par manœuvre manuelle.

Tous ces modes de fermetures doivent coexister et être indépendants les uns des autres.

En outre, lorsque les portes coupe-feu isolent les paliers d'ascenseurs, elles doivent pouvoir s'ouvrir manuellement de part et d'autre, les personnes qui seraient isolées sur ce palier doivent être averties du non arrêt de l'ascenseur et invitées à gagner les escaliers en rouvrant ces portes.

AUTRES CAS

  • Arrêté du 05/02/2007, établissement de type L, art. L 63 : fermeture de la baie de scène par un dispositif PF 1H ou E60
  • Arrêté du 09/05/2006, établissement de type PS, art. PS 12 : fermeture des baies de passage des véhicules par un dispositif PF 1H ou E60, conforme NF S 61937 -3 et -4